samedi 24 septembre 2022

Café littéraire : Le Pingouin, d'Andrei Kourkov.

Le Pingouin, d'Andrei Kourkov

Présentation par Dominique Jules

Théorie et pratique du complot

Andreï Kourkov Le Pingouin. 1996

 

Amazon.fr - Le Pingouin - Kourkov, Andreï, Amargier, Nathalie - Livres

On sait qu’une intrigue policière peut servir de cadre et de prétexte à une analyse critique de la société.
 Le Pingouin en est un exemple. Même si aucun des personnages n’est en charge d’une enquête, nous sommes bien en présence d’une sorte de polar, ou de thriller - pour parler bon français -

L’auteur est ukrainien, né en 1961 en Russie. C’était l’époque de l’Union soviétique, composée d’une dizaine de nations soviétisées qui ont retrouvé leur indépendance il y une trentaine d’années.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fe/Andrei_Kourkov_20100329_Salon_du_livre_de_Paris_3.jpg
 L’action se situe quelques années après ce qu’il est convenu de nommer « l’éclatement » de l’URSS.
L’une des conséquences de ce semblant de démocratie retrouvée (mais si longtemps négligée dans les actes), c’est que le pays se retrouve vite gangrené par la corruption, sans que l’exercice du pouvoir se soit affranchi des méthodes expéditives précédentes.

Parler de ce livre n’est pas facile sans trop en dire ou déflorer son charme.

Il y a bien un pingouin dans ce roman. Un vrai. Si ce n’est pas le personnage principal, c’est indéniablement le plus sympathique de tous. Il s’appelle Micha, mais n’est pas le seul à porter ce nom. Il adore les bains dans le Dniepr glacé,

Illustration

 le fleuve qui traverse Kiev, où son propriétaire l’emmène parfois se tremper. 

 2007.05.19. Andriy Kurkov by Kubik.jpg

Le protagoniste, Victor (« vainqueur » en latin), porte bien mal son nom. Il tient au contraire de l’antihéros. Écrivain sans succès, il ne parvient pas à placer ses nouvelles, dont tout porte à croire qu’elles ne manifestent pas un talent littéraire éclatant. En revanche il fait preuve d’une compétence appréciée par le rédacteur en chef d’un journal qui le charge au début du roman (il faut bien manger) de rédiger à l’avance des notices nécrologiques anticipant la disparation de personnalités du monde artistique, politique, ou de la nuit. Victor se met à alimenter abondamment la rubrique de ce que le quotidien appelle les « petites croix ».

Description de cette image, également commentée ci-après

C’est un usage journalistique qui existe partout dans le monde. Les responsables de la presse écrite, parlée, télévisuelle tiennent tout prêts des articles ou reportages sur des notabilités qui ont le mauvais goût d’arriver à un âge où la mort rode. Ils sont conçus en prévision du décès envisageable à plus ou moins court terme de ces personnalités connues. Par conscience professionnelle, évidemment !

Or  il se trouve que le travail rédactionnel de Victor, bien rémunéré, est fort profitable à son patron, car les décès des hommes et des femmes sur lesquels il écrit surviennent dans un laps de temps relativement succinct. Coïncidences ?

Concomitamment,  l’univers solitaire de Victor se peuple au gré d’aléas, de circonstances et de rencontres impromptues, au point que son existence de célibataire vire quasiment à la vie familiale. Il ne s’en plaint pas.

L’Ukraine où se déroule l’action du Pingouin est un drôle de pays, où il se passe de drôles de choses. Le ton mi-figue, mi-raisin qu’adopte Andréï Kourkov voile quelque peu le contexte somme toute tragique de l’aventure de Victor, vite dépassé par les événements qu’il déclenche malgré lui, au point qu’une menace vient bientôt peser sur sa vie, qui avait pourtant pris un tour avantageux.

Heureusement, pour contrebalancer ce tableau sombre, il y a le pingouin Micha, la petite Sonia qu’on lui confie, et Nina, sa baby-sitter. Leurs existences innocentes contrastent avec les parcours d’individus peu recommandables et sans vergogne, dont chaque action visible semble masquer des motifs invisibles.

Le dénouement inattendu fera envie à beaucoup, en ces temps de canicule.

 

Dominique Jules.

 

Prochainement : ces écrivains dont la France ne veut plus volet 41 : Alexandre Dumas Fils. 

 

 

 

samedi 10 septembre 2022

lundi 15 août 2022

Ces écrivains dont la France ne veut plus 40 : Sabine Sicaud.

 L'homme est un Dieu tombé qui se souvient des cieux. (Alphonse de Lamartine : L'Homme in Méditations poétiques)

https://images.ladepeche.fr/api/v1/images/view/614fe5ff8fe56f2c895ac7ee/large/image.jpg?v=1 

Voilà une belle redécouverte ! Une jeune fille morte à quinze ans dont j'ignorais encore le nom jusqu'à ce recueil inopiné consacré aux Poétesses oubliées disponible aux éditions Charleston, livre déniché au hasard d'un butinement dans une FNAC ! 

Née à Villeneuve-sur-Lot le 23 février 1913, Sabine Sicaud disparut le 12 juillet 1928 dans la même commune, après une célébrité météoritique.

jeudi 14 juillet 2022

La critique des romans de Paul Greveillac : un silence presque intégral.

  

On dit non, je dis non ; oui, oui. Bref, je me suis fait une loi d'être d'accord en tout. (Térence : Eunuque, 252 - traduction Robert Combes)

Qui connaît le romancier Paul Greveillac ? Pas grand monde sans doute, en dehors des personnes qui, comme moi, suivent de près la parution des nouveautés de Gallimard. Ainsi, j'apprends que Télérama a enfin daigné porter son attention sur la dernière oeuvre de ce romancier, qui fut finaliste au Goncourt : L'Etau, paru depuis le 10 mars 2022, a enfin eu droit à un article de ce magazine, le 14 juin seulement ! Certes, tout enjeu de prix littéraire était à cette date envolé depuis longtemps, alors, on s'est occupé des oubliés sur les étagères, des volumes délaissés qui restaient et n'étaient pas signés de la plume de Christine Angot, que je considère comme la plus grande écrivaine de la littérature officielle depuis Paul Bourget.

 Image dans Infobox.

Tant pis si j'accuse tel ou tel journal d'avoir un temps de réaction similaire à celui du chien Rantanplan lorsqu'on lui marche sur la queue ! L'intiative est louable, mais intervient bien tard pour procurer à L'Etau le sursaut de ventes nécessaire à lui prodiguer le succès, ventes que je m'imagine bien avoir été faibles jusque-là. Ceci étant écrit, je remercie du fond du coeur Monsieur Stéphane Ehles de s'être non seulement préoccupé de l'existence d'un ouvrage délaissé depuis des semaines - sauf de L'Usine nouvelle - mais aussi de lui avoir attribué la note maximale : trois T, c'est-à-dire très bien ! Hélas, le livre a dû depuis belle lurette disparaître des rayons des chaînes de livres les plus commerciales... 

https://www.francetvinfo.fr/pictures/_vIAQP3vBDjITt0_9SCo96uTjWE/752x423/2020/10/26/phpUrZpic.jpg 

Ce lot de consolation me fait plaisir lorsqu'on songe à ce qui s'était passé lors du Goncourt 2018. Bien que Maîtres et esclaves eût figuré parmi les finalistes, les médias poursuivirent leur mutisme obstiné. En nombre de voix, il termina deuxième, ce qui est très honorable pour un livre boudé. 

Prochainement : quarantième volet de la série consacrée aux écrivains dont la France ne veut plus : Sabine Sicaud.

https://images.ladepeche.fr/api/v1/images/view/614fe5ff8fe56f2c895ac7ee/full/image.jpg?v=1


samedi 25 juin 2022

Commémorations 2022 : Léon Blum oublié.

La complaisance attire des amis et la vérité la haine. (Térence : L'Andrienne, 68. Traduction Robert Combès).


Quelque chose aurait dû être commémoré le 9 avril dernier. L'homme dont il est ici question ne s'appelait ni Molière, ni Marcel Proust. Il naquit voici cent cinquante ans, le 9 avril 1872. Rien n'a été dit ou fait à la télévision à l'occasion de cet anniversaire important. Absolument rien. Cet homme, pourtant une figure majeure du XXe siècle s'appelait Léon Blum ! 


Certains "béciles" comme le disait la marionnette de François Mitterrand dans les défunts Guignols, usant avec brio de l'aphérèse, pourront péremptoirement lancer : "le front popu, quelle vieillerie !"

Mais, dans un pays qui s'apprête à célébrer Marcel Proust pour la quatrième fois en neuf ans (2013 : centenaire du Côté de chez Swann ; 2019 : centenaire du prix Goncourt ; 2021 : cent-cinquantenaire de la naissance ; 2022 : centenaire de la mort !), cela commence à bien faire ! Un pays qui, par ailleurs, a presque réduit la littérature britannique du XIXe siècle à la seule Jane Austen, boudant les bicentenaires des disparitions de John Keats et de Percy Shelley, tout en se préparant assurément à répéter la même sempiternelle bouderie en 2024 à l'encontre de Lord Byron ! Un pays qui, enfin, a depuis des années inhumé Paul Fort dans le caveau abyssal de la littérature défunte !

Pour moi, Léon Blum est vivant, toujours vivant ! Il s'agit d'un des plus grands personnages de l'histoire du XXe siècle. 

Fichier:Léon Blum 1937.jpg — Wikipédia   

L'an que tu fleuriras ma tombe, eût pu écrire quelque poète ou poétesse (le mot féminin n'est pas pour moi péjoratif). Léon Blum, ce fut à la fois un destin hors du commun, avec ses tragédies, un exemple iconique, une référence politique. Il aurait dû entrer au Panthéon. Il n'eut jamais beaucoup de chance avec la télévision lorsqu'il se fut agi de relater sa vie et son oeuvre au sein du Front populaire. Idem avec le cinéma.
 
A la fin du mois de mai 1986 fut diffusé sur TF1, dans une quasi indifférence, un long documentaire-fiction de Pierre Bourgeade et Jacques Rutman intitulé Léon Blum à l'échelle humaine, inspiré de son livre majeur écrit en captivité et publié en 1945. Alain Mottet y interprétait Léon Blum. Dans la distribution, on trouvait Monic Dartbois, Elsa Oppenheim, Anne Bellec, Bernard Freyd, Paul Bisciglia et même Francis Lemarque. La distribution complète figure IMDb. La droite revenue aux affaires n'eut que mépris pour cette oeuvre, tandis que la gauche l'oublia vite, au point qu'elle est devenue invisible... La fameuse clause de la privatisation de TF1 lui octroyant les archives de la chaîne de la période du 1er juillet 1982 au 30 juin 1987 au détriment de l'Ina (ce qui bloque aussi Madelen) aggrave le problème. Un jour ou l'autre, il faudra bien que cette clause inepte pour le patrimoine télé soit remise en cause... 
J'ai écrit qu'au cinéma, Léon Blum ne marchait pas non plus : l'accueil glacial et l'échec commercial intégral du film de Laurent Heynemann Je ne rêve que de vous (2019) nous le rappelle. Je n'ai pu voir ce film qu'en replay à la télévision ! Il s'agit d'un drame historique contant, sur fond de seconde guerre mondiale et d'occupation nazie, l'histoire d'amour entre Léon Blum et celle qui devint sa troisième femme, Jeanne Reichenbach. Les deux rôles principaux étaient pourtant tenus par un acteur et une actrice tout à fait appréciables : Hippolyte Girardot et Elsa Zylberstein. 
Finalement, seul le téléfilm de 2001, Thérèse et Léon de Claude Goretta, avec le regretté Claude Rich et Dominique Labourier (que je viens de revoir toute jeune en Toinette dans la version de 1971 du Malade imaginaire) échappa à la volée de bois vert. Aux défunts Dossiers de l'écran, les choses s'étaient un peu mieux passées. Certes, Léon Blum n'y avait pas le premier rôle, qu'il se fût agi du Procès de Riom ou du Congrès de Tours. Cependant, ces deux téléfilms historiques ont pour avantage d'être disponibles sur Madelen, certes par abonnement, mais cela est mieux que rien. 
Si l'on approfondit davantage et que l'on fouille les archives non fictionnelles de l'Ina sur son site Internet, on constate que le centenaire de la naissance de Léon Blum, en 1972, n'avait pas été omis. Cependant, les documents sont peu nombreux, essentiellement - si l'on s'en tient à ceux conservés de son vivant - quelques archives radiophoniques et cinématographiques (pour l'essentiel, les actualités filmées des années 1946-1949). 
 Description de cette image, également commentée ci-après
 
Pour conclure, Léon Blum ne fait ni recette, ni consensus, puisque personne ne propose qu'il entre au Panthéon ! Il faudra donc se contenter de ses textes majeurs parus en 2021 aux éditions Archipoche et préfacés par Pierre Birnbaum : les Mémoires suivies de A l'échelle humaine. N'avais-je pas déjà constaté, dans mon texte du 4 novembre 2016 intitulé Ces romans Gallimard du premier semestre 2016 boudés par la critique que le roman d'Antoine Billot, Otage de marque qui traitait du même sujet que le film Je ne rêve que de vous (le film étant cependant adapté de Dominique Missika) avait lui-même été victime d'une bouderie dérangeante ? 
 
Prochainement : La critique des romans de Paul Greveillac : un silence presque intégral.



samedi 11 juin 2022

Café littéraire : L'Insurgé.

 

Café littéraire : L’Insurgé, de Jules Vallès.


Par Christian Jannone.

Image dans Infobox.

 

Jules Vallès (de son vrai nom Jules Vallez), né au Puy-en-Velay (appelé à l’époque Le Puy) le 11 juin 1832 et mort à Paris (Ve arrondissement) le 14 février 1885, journaliste, écrivain et homme politique engagé, survit dans nos mémoires grâce à sa trilogie largement autobiographique L’Enfant, Le Bachelier et L’Insurgé. Jacques Vingtras n’est cependant pas un calque total de Vallès, puisque des divergences existent entre le vécu personnel de l’écrivain et celui de son personnage central.

L’Insurgé, que l’on ne peut qualifier d’autofiction avant l’heure, est un roman pionnier : certes, il suit le premier livre historique consacré à la Commune de Paris, Histoire de la Commune de 1871 de Prosper-Olivier Lissagaray (1838-1901),

 Image dans Infobox.

 publié significativement à Bruxelles en 1876 mais il précède La Débâcle d’Emile Zola, œuvre beaucoup plus romancée datant de 1892. De même, comme chez Zola, la Commune proprement dite – en y incluant la semaine sanglante – n'occupe qu’une part assez restreinte de l’ouvrage : les chapitres XXIV à XXXV.

La genèse de L’Insurgé ne fut pas évidente. Exilé à Londres après la Commune, Vallès le mit en chantier sous le titre de Jacques Vingtras III : c’était une mise en évidence que le futur Insurgé prendrait le relais du Bachelier là où il s’arrêtait. Il traitera donc des années 1860 (plus exactement à partir de 1862), des événements de 1870, des débuts de la République avec la guerre en toile de fond et de la Commune.

Le rôle des femmes fut décisif dans l’élaboration, le parachèvement et la publication intégrale du livre, malheureusement posthume. Saluons d’abord le courage de Juliette Adam (1836-1936),

Image dans Infobox.
Juliette Adam par Nadar

 

 qui, à peine obtenue – en 1880 – l’amnistie des communards, s’attela à la parution d’une première version de L’Insurgé dans La Nouvelle Revue en 1882 : version partielle, que Vallès retravailla, compléta mais ne put paraître qu’après sa mort, grâce à Séverine – alias Caroline Rémy (1855-1929) -

Image dans Infobox.

amie de Vallès depuis 1879. Elle le seconda dans la direction du journal Le Cri du Peuple qui, en 1886 annoncera la publication de L’Insurgé chez Charpentier. On a cru à tort que Séverine avait retravaillé l’écriture du roman, ce qui est faux. C’est bien le texte voulu par Vallès que nous connaissons.

Malgré le hiatus temporel (passage direct de 1857 – date de la mort du père – à 1862), L’Insurgé s’enchaîne là où s’achevait Le Bachelier, en réponse au « Sacré lâche » de clôture :

« C’est peut-être vrai que je suis un lâche, ainsi que l’ont dit sous l’Odéon les bonnets rouges et les talons noirs. » Vingtras est devenu un pion.

Ce qui frappe d’emblée dans le livre, c’est le style. On pourrait parler de modernité, du fait de la prédominance du présent, du « je », du découpage en courts paragraphes, de l’exclamatif, de l’utilisation d’une forme d’argot qui n’est plus usité (par exemple le recours à l’argot des cochers p. 183 avec l’expression « roues de derrière » désignant la pièce de 5 F en argent), d’une narration qui peut paraître en même temps imagée, hachée, parfois triviale. Vallès a recouru à une forme de collage, insérant dans son roman des textes du Cri du Peuple, des passages écrits à chaud dans le déroulé des événements de la Commune. On sent là la patte et du journaliste, et du militant politique.

Outre le style journalistique – non péjoratif dans le sens où je l’emploie – Jules Vallès manie avec brio les niveaux de langage, ce qui crée un contraste bienvenu entre la langue recherchée de ceux que l’on n’appelait pas encore les intellectuels et la langue populaire (cf. les différents types d’argot) : tout cela aboutit à un roman très imagé, toutefois sans emphase, sans théâtralité, sans pathos, qui en peu de mots, décrit tel ou tel personnage historique, ce qui n’est pas sans rappeler la caricature dans le style de Daumier (que Vallès appréciait), qu’il l’aime (Blanqui,

Image dans Infobox.

 dont le portrait s’étale et se complète au fil du récit) ou l’exècre (les membres du gouvernement provisoire de 1870, républicains déjà opportunistes, tels Gambetta – qualifié de « plus capon » et de « Danton de pacotille » p. 182 - ou Jules Favre).

Cela aboutit à une galerie extraordinaire de portraits, souvent justes et acides, dignes des meilleurs satires. Le tandem contrasté Villemessant du Figaro et Girardin (La Presse puis La Liberté) mérite qu’on s’y arrête.

Emile de Girardin d’abord : 

 Image dans Infobox.

« Quel visage blafard ! Quel masque de pierrot sinistre !

Une face exsangue de coquette surannée ou d’enfant vieillot, émaillée de pâleur, et piquée d’yeux qui ont le reflet cru des verres de vitres ! On dirait une tête de mort, dont un rapin farceur aurait bouché les orbites avec deux jetons blancs, et qu’il aurait ensuite posée au-dessus de cette robe de chambre, à mine de soutane, affaissée devant un bureau couvert de papiers déchiquetés et de ciseaux les dents ouvertes. Nul ne croirait qu’il y a un personnage là-dedans ! » (p. 54-55)

Hippolyte de Villemessant p. 75 : 

Image dans Infobox.

« C’est un Girardin avec de gros yeux ronds, les bajoues blêmes, la moustache d’une vieille brisque, la bedaine et les manières d’un marchand d’hommes, mais amoureux de son métier et arrosant d’or ses cochons vendus. »

P. 76 : « Il est du momifié de la Liberté comme du poussah du Figaro. » P. 77 :  « Shakespeariens à leur façon, ces deux journalistes du siècle : l’un traînant le ventre de Falstaff, l’autre offrant la tête d’Yorick aux méditations des Hamlet ! » (…)

A côté d’eux, combien de noms que nous ne connaissons plus du tout ! Tant de noms de communards, de personnages révoltés comme lui dont Vallès croisa la route qui nécessitent des notes de bas de page pour en cerner une esquisse d’identité et de personnalité. Car l’Insurgé est avant tout un hymne à la liberté et à la révolte, un hommage aux personnes qui donnèrent leur vie à la Commune contre une société d’injustice, héritiers de 48, des sacrifiés des journées de juin

 

 auxquelles Vallès fait plusieurs fois allusion, puisque sa conscience politique s’éveilla lors de ces événements tragiques survenus durant son adolescence. Ainsi comprenons-nous la dédicace du livre, hommage à tous les morts de 1871.

 

L’histoire individuelle de Vingtras rejoint durablement celle du pays à compter du chapitre XV, à partir duquel les événements de sa vie se confondent jusqu’au bout du roman avec les épisodes majeurs des années 1870-1871, en commençant par le meurtre de Victor Noir par Pierre Bonaparte.

 

 A compter du 10 janvier 1870 et jusqu’au dernier jour de la semaine sanglante, notre insurgé est emporté par les tumultes de l’accélération de l’histoire. Certes, il a connu censure et prison (Sainte-Pélagie, dévolue aux journalistes) ; certes, il a été candidat aux élections législatives de 1869 qui virent le ralliement d’Emile Ollivier à l’Empire prétendument libéral, mais jamais notre personnage, depuis 1848, ne s’était retrouvé autant au cœur de la mêlée et de la tragédie. Il est utile de rappeler que le Second Empire, dont les réformes des années 1860 avaient été approuvées par plébiscite, ne se serait pas effondré sans la déclaration de guerre fautive à la Prusse de Bismarck. Le clivage s’accentua avec la lutte entre les républicains opportunistes siégeant au gouvernement provisoire et les partisans de la république sociale. N’oublions pas les événements annonciateurs de la Commune narrés par Vallès aux chapitres XX et XXI qui couvrent la tentative insurrectionnelle des 5 et 6 septembre 1870 puis l’échec de la manifestation du 31 octobre 1870 contre le gouvernement de la Défense nationale, avec la répression qui s’ensuivit. Notons à cette occasion l’usage par Jules Vallès de la thématique des uniformes, des grades et des galons (p. 201 ouvrant le chapitre XX). L’uniforme devient un oripeau de théâtre à valeur symbolique. 

 

Vallès multiplie donc les portraits au fil des événements dont la narration s’accélère, portraits d’acteurs de la Commune, via un kaléidoscope d’images éclatées, fragmentées, métaphoriques, résumant ces hommes de la grande histoire à un nom, une formule, un geste, une parole. On pourrait reprocher à Vallès d’avoir négligé le rôle des femmes, qu’importe ! Cette fragmentation narrative extraordinaire va de pair avec la nervosité du style, la brièveté des paragraphes, haletants, hachés, qui atteignent leur paroxysme avec la semaine sanglante : nous avons-là un témoignage sur le vif, comme en direct, d’un diariste plongé au cœur de l’accélération du temps courant vers le tragique. Tout à la fois témoin clé, acteur central, porte-étendard des victimes de la répression versaillaise, militant de la mémoire communarde, conteur d’une histoire personnelle, du je inclus dans le collectif, Jules Vallès, à mon sens, réussit mieux à nous émouvoir et à nous captiver que Lissagaray – que je n’ai pas lu - et Zola (le texte naturaliste de La Débâcle de Zola – outre qu’il entérine la thèse des saboteurs versaillais infiltrés ou « retournés » responsables du brasier de la capitale destiné à discréditer les communards en plus des exécutions de leurs adversaires pris en otages tel l’archevêque de Paris - est davantage « travaillé », en conformité avec la littérature de la fin du XIXe siècle, trop romancé ai-je écrit, pour emporter pleinement l’adhésion). La Commune vue par Vallès donne sans cesse l’impression d’un « direct », caméra à l’épaule, prélude au film de Peter Watkins, tourné en noir et blanc, trop peu souvent montré, long documentaire typique de ce cinéaste, brut de décoffrage, qui joue avec la collision entre le contemporain et l’historique (le film de Watkins aurait mérité une rediffusion en épisodes à l’occasion des 150 ans de la Commune). Les journalistes modernes, de l’an 2000, décrédibilisent la vision versaillaise des événements. Ce télescopage se retrouvait déjà, de manière plus classique, dans l’émission de Claude Santelli consacrée à L’Insurgé, tournée en 1970, incluse dans la série Les Cent Livres des Hommes, évocation de Vingtras-Vallès jouée par un Victor Lanoux immergé dans le Paris pompidolien (vidéo disponible par abonnement au site madelen).

 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c3/Communecannon.jpg

Je ne reviendrai pas sur les circonstances permettant à Vallès, grâce au faux-semblant, au travestissement de l’ambulancier de la Croix Rouge, d’échapper à la répression, de devenir un proscrit, un exilé, tandis qu’on fusillait à sa place des victimes prises pour lui. Il est dommage d’apprendre le quasi silence qui entoura le roman lors de sa publication posthume de 1886 – y compris de la part du Cri du Peuple ! Un livre qui longtemps dérangea, fut moins mis en avant que L’Enfant ou même Le Bachelier, bénéficia de rares réimpression, jusqu’à enfin recevoir la pleine légitimité littéraire et historique grâce aux éditions de poche. Comme s’il avait fallu attendre le centenaire de 1971 et la fin du XXe siècle pour que L’Insurgé trouve enfin sa place dans le panthéon littéraire : celui des classiques et des chefs-d’œuvre. 

       

Prochainement : commémorations 2022 : Léon Blum oublié.

Illustration.