samedi 6 décembre 2014

Bonnes Adresses du Passé et les Cent Livres des Hommes : deux émissions littéraires de l'ORTF injustement oubliées.

Si Arte avait existé en 1884, elle eût été pour Des Esseintes parce que ce dernier personnage romanesque incarnait une sorte de chébrantude d'époque (Chroniques désinvoltes de Moa).

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e8/Frederic_Chopin_photo.jpeg/170px-Frederic_Chopin_photo.jpeg  

Pourquoi placer ce texte sous le patronage de Frédéric Chopin ? Parce que le générique inoubliable de l'émission Bonnes Adresses du Passé (à laquelle l'on adjoint souvent l'article défini "les") était illustré par la mazurka opus 33 numéro 2. 
Du milieu des années 1960 à la disparition de l'ORTF fin 1974, le duo Roland-Bernard et Jean-Jacques Bloch officia pour le plus grand bonheur des téléspectateurs cultivés de ce temps pas si ancien.
http://www.ina.fr/var/ogpv3/storage/images/accueil/menu-principal/emissions/bonnes-adresses-du-passe/61875-1-fre-FR/bonnes-adresses-du-passe.jpg

Paradoxe : tandis que des émissions comme Lectures pour tous de Pierre Desgraupes, Pierre Dumayer et Max-Pol Fouchet ou encore Portrait Souvenir de Roger Stéphane paraissent s'être davantage imposées dans la mémoire collective, Bonnes Adresses du Passé me semble bien plus oubliée, au point que sur le site Ina.fr, les émissions intégrales proposées se comptent sur les doigts d'une main. Cette émission se trouve réduite à la portion congrue, au contraire de celle de Roger Stéphane (qui suivait une optique patrimoniale littéraire proche et la précéda de quelques années) dont une part non négligeable est commandable sur le même site.
Ainsi, alors que, dès ma petite enfance (suis-je exceptionnel ?), mes sens ouverts à tout avaient perçu l'existence remarquable de Bonnes Adresse du Passé et ma mémoire retenu à vie la musique du générique, Ina.fr demeure chiche, avaricieuse, ne rentrant les opus qu'au compte-gouttes infinitésimal; infime, au rythme d'environ un numéro par an, et encore ! Je veux bien croire que ces émissions sont par trop endommagées, abîmées, mais la mission de l'Ina depuis 1975 n'est-elle pas la conservation, la préservation, la restauration d'un patrimoine télévisuel dont j'apprends et réalise que des parts et périodes entières ne sont même pas détenues par cet éminent institut ?
En ce cas, nous n'allons tout de même pas en être réduits à une extrémité telle qu'il faudrait privatiser l'Ina, le faire racheter, tenez par exemple par Serge Bromberg, patron génial de Lobster Films, qui, lui, ne se gênerait aucunement pour restaurer jusqu'aux plus infimes émissions rares et incongrues, car il a toujours fait preuve de professionnalisme, animé qu'il est par cet esprit chineur, de rat de cinémathèque nécessaire à la redécouverte de trésors filmiques enfouis que l'on croyait disparus ! L'Ina aux mains de Serge Bromberg pour s'assurer que l'intégralité des Bonnes Adresses du Passé sera enfin disponible sur Ina boutique ! On croit rêver ! Allez, retroussez vos manches ! Il y a du boulot en perspective !
Faute de mieux, j'en suis réduit à découvrir à la marge, par la bande, l'existence de tel ou tel numéro de cette émission, dont je doute qu'ils seront de sitôt gravables ou téléchargeables ! Jugez plutôt : Gérard de Nerval, Jacques Coeur, Guy de Maupassant, George Sand, eurent l'honneur des Bonnes Adresse du Passé. Savez-vous que j'ai le souvenir personnel d'avoir regardé, en 1971, le numéro des Bonnes Adresses du Passé consacré au Palais Idéal du Facteur Cheval ? C'est donc grâce à cette émission que je connus l'existence de ce formidable architecte autodidacte, précurseur de l'art brut !
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/ff/Palais_Id%C3%A9al_du_Facteur_Cheval_(7).jpg
Cet Angkor Vat français, cette fantasmagorie surréaliste et baroque !
On pourrait reprocher aux Bonnes Adresses du Passé une certaine bien-pensance gaullienne et pompidolienne, des vaticinations conservatrices, une autocensure parfois fâcheuse (rien sur l'homosexualité thème central de la Recherche dans l'émission consacrée en 1971 à Marcel Proust)...
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7e/Marcel_Proust_1900.jpg/220px-Marcel_Proust_1900.jpg
Avouez qu'il est frustrant de constater sur le site de l'Ina la réduction de l'émission consacrée à Boris Vian à un extrait, un fragment, comme s'il n'en restait que cela, comme pour un film muet forain dont il ne demeurerait que quelques photogrammes vinaigrés.
Il y a un cas pis : les Cent Livres des Hommes (1969-1973), du regretté Claude Santelli. Cette émission se voulait éducative, à l'attention d'un public plus jeune. Qu'en reste-t-il sur le site de l'Ina ? Nada ! Juste le générique, ce fascinant et mélancolique générique constitué d'une succession de gravures illustrant des grands classiques (Les Misérables, Gargantua, Don Quichotte, Robinson Crusoé et j'en passe). Ce générique à la musique inoubliable et jamais oubliée qui, lorsque autour de septembre, en ces commencements des années 1970, elle se faisait entendre à mes oreilles sensibles, à l'occasion de la bande annonce de reprise de l'émission, annonçait fatalement la rentrée des classes. Ô thème triste et beau !
Et j'aimais grandement cette musique des Cent Livres, m'en souvenant à tout jamais sans en connaître le compositeur, découvrant sa préexistence dès 1965 dans l'épisode des Cinq Dernières Minutes, Bonheur à tout prix lors d'une rediffusion sur la défunte Cinq en juillet 1987. Dès lors, je m'engageais en la quête du nom du compositeur, ce durant des années. Cette prétendue marche traditionnelle allemande, telle qu'annoncée par la radio dans Bonheur à tout prix, dont l'identité créatrice fut débattue bien plus tard dans les forums d'Internet s'avéra une illustration musicale de Betty Willemetz, disparue en 2010.
Pourquoi donc ce mépris absolu pour cette émission savante et vulgarisatrice de Claude Santelli, ce génie de l'ancienne télé détruite par les bourdieusants ? Pour quelle raison l'unique numéro disponible quelques temps sur le site de l'Ina, consacré à Quatre-vingt-treize de Victor Hugo, que j'eus le réflexe de commander, la prescience de me hâter d'acquérir, disparut-il du site après seulement une poignée de mois ? Scandale ! Négligence aussi s'il s'avère qu'à peu près tous les Cent Livres sont à jamais gâchés, perdus !
http://www.atelier-imaginaire.com/pics/images/jures/santelli.jpg


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/13/QuatreVingtTreize_Victor_Hugo.jpg/250px-QuatreVingtTreize_Victor_Hugo.jpg
Il existe une multitude de numéros des Cent Livres introuvables, consacrés à Werther, à Madame Bovary, à Alice au pays des merveilles ! Aberration ! Stupidité digne de la perte de la majeure partie des oeuvres littéraires de l'antiquité gréco-romaine alors que les expressions de l'esprit dont il est ici question furent mes contemporaines !
Du fait que Les Cent Livres des Hommes pourrait s'apparenter à nos modernes docu-fictions, le site IMDB répertorie une partie des émissions en mentionnant la distribution, les interprètes ayant contribué aux scènes reconstituées émaillant tel ou tel épisode. Il demeure regrettable que nous n'en sachions pas davantage sur cette série superbe, injustement boudée par l'Ina lui-même !
 data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBwgHBgkIBwgKCgkLDRYPDQwMDRsUFRAWIB0iIiAdHx8kKDQsJCYxJx8fLT0tMTU3Ojo6Iys/RD84QzQ5OjcBCgoKDQwNGg8PGjclHyU3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3N//AABEIAEMAeAMBIgACEQEDEQH/xAAbAAACAwEBAQAAAAAAAAAAAAAEBQADBgECB//EADwQAAIBAwMBBgQDBAkFAAAAAAECAwAEEQUSITEGEyJBUWEUcZHRFTKhQlKBkyQzU6OxweHw8SNDYnKS/8QAGAEBAQEBAQAAAAAAAAAAAAAAAQIABAP/xAAaEQEBAQADAQAAAAAAAAAAAAAAARECEiEx/9oADAMBAAIRAxEAPwBBAsghtmkiGDGMKFHp15pe9wPiVgcbdoCmQICPT7Uua0lkjjMz37IVGMxkjpXmLSmnuI7e2W5O458QAGPOgxpY7FkjSVITcKRyVCj/ABrSdmZTLp8sk9uFYTEbdoOB86TaHpz6dalGSZn3chpMpt9h70/s5nWJuTtJBA46kZOf0oNmjZGUthYQPcgCszqnakQ3T2+mad8VIvhL7cKG9OnNO5LxIkXvmbY52qEXLH2qLPLd24t9Hso5Uhxu/LlOvmeCakZhBb9oO0UHjm0FWjPJEQIJHtjNabTr+HVbJZ4A4XcVdGGGVvMGui01q1mjlhjgmj6uO9w0eTyB646/WgdN7x9WvSzFTJ42QY8LdM/xrAwlVIzliwPmFFBMe8dmMbjPAwpxx50RJCTkB5ST5g8D2qgpFFC9zcM3cDHhPWQjy+VSpxrhba0a5kQsmcRx+ch8j8valelXHf6jdfGLN8acHggbV9F60Y63Nxcw3EqtGfzRoP8Atj1Pv/hSvX9Ku/iBc23eO27d4G8W6pZ3VtJ1ma73aRdSGFhkhnwR6/OjtH0poLdJLuJWmzli7nKj5Cllhq+sJMklwiGPLLwApJx88cZplZpdXvdNeSOY2GdqjapHvRQZ2F2WRmyWG7A2joM8dKle4+5icrH9AMZ+9SoDFyTIltCTI39WOA2PKrINRjnubcKAJAHzxg8rWgh7KWlxawHe24xKSBj90V09ldOtljeWAuVPLrn9QK6j2gaCRwcqfCRySash73uG5GN/UHHFHW2gadIe8tXBGOTHKcfTNU3PZmN4yxvjC3UsOn6mg9oCmadCDEmyTHhZiMZHsfX1pXp8+uWl18bp6yyGQnvUVGb6jyp/adn1jYM+oCY/Xj609s1ubXRVSyhEuyUr3R43qW65/jWFsIo7/UEu+5traaGW6IMkryB1z8sdfnTHszp9tCs8dzMZL8u28qcHAOOnTrTW/vbWxiSHdCs5wFUnp6n14rIXEOom4lvbDUEjjjjYCSTAU7ucD9OtAnsPrgdwztckxwxnxOBjePLFLmElwRf3IxGg/o8HQADoT71fZXU+saIkkkbW17EPFlMCUDrjPrSnUrtmRwkgGExjyxjzqaqejVvUN0qyNuYj97pz6VbPcohzglenFY7TgzzjvHXJ8J5OT8vWm1zck20cQZS2cFj1x61NODtTl/oivF4XSYMrA0Na6r3cSqQDnqBQ947HTSmVO1xhcdf9artrMzoB3yruHO7n9KlhZv3a5Xaw2ls7QfKuUC1r3b7FlefHXux/zUrA5W6u49NgEU8gCxLxjrwKrvLvVSqiG8ZBjnw4NaaLs7Fc6da7ZpkXukO0kEHgetBS6GlpJLNetPJbLzmKXG0e4ABrpROXFjIWkt3J2yb3c4ZSVLfaiEk7+QiaRht6lyT08hzWth0nQp0DLI8qMThWlJ/SiE07SI8gWy/NsnpRqu8Ze0hhUGVtzhRwSPKtJfWM9toSst7JFMChVYn2r1/L6nj1NXNaWEo7iC2CtIcZAxj1NW3t6kjyRmNDbQcNI/TI9PegW6wOl215c6zLbiVpi2dxMnOPfPpTLWdZ0zTpFt7pZLq4tgAltGCkaMPMk9az/aXWntNUnk0kfDNIAHkQDJx6f78qzbTT3d2ZrmRpHY73ZuprKaLVO0ur6lMjSubaFCHihjGB8yfOjpbz46xW4jILAhJU/d9frSi3jeQoxTMhG4rsPHkAKa6LBsu54JcKskYOB5EGpqsx5tVSKYEsyjI/ZyR7V7lRQgCk7lbOAMtXuYRJMcKVQcjPX3+tRp7efi3J3em3zqCraWMbt3eHccgEccUGmpxxZjLI6xk43qf4efNWLt79GIO31I4z8qrWxtjcSJJEGycDy6+dAMLPtVfrIqNLbiHqSkQ8I9/TyqUoWxWPWls1d0iYhSQ3UEVKMeb6np9xM+nWwLbgsKZz/wCooPWLvdD8OiZMnGN2KNsNPd7C2xMQDCmQo/8AEV4OgxF3Z5XIYYIYAg10I83Q+iQoulREfm6t7e1WXV3b2eO8V3Y5ISMZaqbpbTSIGQzFpGyyxA4+g8qzGoXPdI01jcuZX/rGkGVbHofKhU9p9DrFvJeJLaQzvAAROxBAiBHVvShoJvxXCBNmnwKdzdO8fzPuPesIt9ewyGIS3O2U+JEk/P8Aw86fT66um6SlteROb5kwIcchccbvSsvGd15UutQmuIkVY3bCKD+yOM160+2USKR4ueEbOCfn/lQKu/eFnDFm6DHA+VP9PEdrGhBzLwWBUkD2oVBN4fg4Uym1nB3DPX6D9KadkIPjXmuLmNDGFK5245PvWbvkknkeaTqx8MfQnpzitV2RmjtGa0uC0bTKoXK+En0/Whr8FPo9lIwLu7KTjKkfSu/gdkrgp3qDpgFeR607NrtIw270GBXow87ic/5VDz7E34LpiAD4TJ9WYnP61mu0rLYam0aQFYXVSuwnj61v8wqH+IjfYRxsx196R69+FfFWryC7ki2ssijAPI4K844OOtYysJdXsTahBOgYBNuQcZ4PtXKJ1hGuJYjBauhRfEMZJ+lSgNFZ9odVW1iVbvAEagDu19B7V7k7RaqYmzd/3afapUroqMZO9vLiYpPLJvlbOWYAk0qe9uf7U89eBzUqUPQy0y+uTK0xcGSNSyMUUkHHXpSZ7ueW5aWWTfIzklmAJPNSpWL2LudpwzSZK9OBxTe1upmERZgSD12j0qVKzOXGoXUk6F5ASGJ/IPT5UxsL24jmtGVxuVmIJQHB+lSpWDSfjWoEDM4/lr9q5+Nah/bj+Wv2rtStkSpn1i/KnM4/lr9qU6jqd3JgvKDjP7C/auVKLIYHGp3mT/1R/wDC/auVKlRZC//Z
la prochaine fois, il sera question d'une bande dessinée remarquable apparue à la fin des années 1960 : Les Krostons, signée à l'origine du pseudonyme de Max Ariane, qui mit en scène un personnage haut en couleurs inspiré de Jean Rostand.

http://i.ebayimg.com/00/s/NjQwWDQ4MA==/z/~R4AAOSwBLlU42Lv/$_35.JPG

http://bdoubliees.com/journalspirou/couvertures/1752.jpg


1 commentaire:

  1. Pour en savoir plus sur "Les Cent Livres des Hommes" et d'autres émissions littéraires emblématiques des années 70, je vous invite à lire en ligne ou à télécharger en version PDF le fichier intitulé Enthymema VII 2012 : les années 1970 en France au prisme de la médiation littéraire au petit écran, par Frédéric Delarue.

    RépondreSupprimer